French in Singapore – Français à Singapour header image 1

Haji Lane, le paradis du shopping branché

avril 4th, 2012 · bonnes adresses, Shopping à Singapour

Fashionistas, le Marais vous manque ? Vous recherchez un petit coin de paradis à Singapour pour faire du lèche-vitrine ? Ne vous torturez plus l’esprit, et dirigez-vous vers la mosquée au toit doré située dans le quartier d’Arab Street. 

Grâce au travail acharné et à la passion de créateurs singapouriens, les traditionnelles shophouses d’une petite rue désormais très branchée ont su retrouver tout leur cachet : Haji Lane compte aujourd’hui une cinquantaine de boutiques aussi charmantes les unes que les autres, qui exposent les derniers accessoires et vêtements tendances qui agrémenteront vos garde-robes. Voici nos coups de cœur :

Salad Shop : Située à côté du bar le Blue Jazz, qui compte beaucoup d’afficionados, cette boutique a récemment été rénovée et vous y trouverez des robes très sympas ainsi que des accessoires pour la maison sur deux étages.

Soon Lee : Pour les amatrices de créateurs asiatiques aux goûts très vintage, cette boutique est aussi parfaite pour trouver de quoi faire des petits cadeaux (sacs, bijoux, livres).

Zhai : Vous avez toujours rêvé de porter des vêtements plus « green » ? Ici tous les articles vendus le sont, et non pas en coton mais en bambou organique. Infroissable et très agréable à porter.

White Room : Un magasin réservé à la gent masculine, où trouver des tee-shirts, chemises et shorts en tous genres, plutôt chics et très avant-garde.

Sup Clothing : Créé par un groupe d’amis, vous y dénicherez tous les accessoires masculins tendances. Leur bestseller : la converse Gorillaz !

Si vous avez une petite soif (alcool ou pas), n’hésitez pas un instant et dirigez-vous vers Thousand Tales . Cette galerie d’art-bar-boutique de meubles scandinaves est située un peu plus haut dans la rue. Atypique et très rafraichissant (un conseil : goûter absolument les cocktails de fruits, spécialités de la maison !). Enfin, si vous recherchez quelque chose de plus hippy mais toujours très trendy, vous pourrez vous relaxer au café Going OM.

La liste est loin d’être exhaustive… alors une dernière recommandation, en cas de petite faim, deux options : Cafe Le Caire ou Piedra Negra. Cela dépend si vous avez plutôt envie de Mezzés ou de Fajitas.

Pour s’y rendre, le plus simple est de s’arrêter au métro Bugis sur la ligne verte (direction Pasir Ris) puis de marcher cinq à dix minutes. En taxi, demander au chauffeur de vous arrêter à l’angle d’Arab Street et Baghdad Street. Google map

[ Hélène Toury ]

→ 2 CommentsTags:·

La bonne adresse du mois à Singapour : Kilo

mars 28th, 2012 · bonnes adresses, Vie nocturne, vivre à singapour

Coincé entre la rivière et Kallang Riverside Park, un immeuble type HDB abrite au deuxième étage l’un des restaurants les plus en vue de Singapour. Ouvert en 2011, Kilo fait salle comble tous les soirs. Plutôt bon signe !

Cet établissement a rapidement conquis le haut du classement des bons plans secrets de la cité-état grâce à une recette toute simple: une déco atypique, un service attentif, une bande son pointue et l’essentiel : des plats délicieux, à partager autour d’une bonne bière japonaise. A la carte, vous trouverez une cuisine fusion Asie – Europe qui ravira tant les expats que les locaux, à la recherche de mariages fantaisistes entre valeurs sûres des deux continents. A vous de juger : Zucchini pancake with goat cheese, Fresh figs topped with danish blue cheese, Sesame encrusted seared tune, Spicy mint salmon sashimi, Seared slow cooked rabbit in olive tomato sauce, Scallops in mushroom sauce, Grilled lambrack with marsala wine sauce, Squid ink rice with prawns, Tenderloin with herb butter & cabernet reduction…

Un faux air de Brooklyn

Kilo est un restaurant où se laisser surprendre est un régal pour les yeux et les papilles. Le cadre a tout de celui d’un restaurant de Brooklyn : huit tables qui occupent un mini loft taillé à même le béton, un petit bar au fond de la salle, jouxtant les platines qui diffusent une playlist indie rock… le tout avec vue sur la rivière et le parc aux alentours. En plus de servir une excellente cuisine, Kilo est un endroit où le stress de la ville reste à la porte de l’ascenseur… un lieu unique à Singapour. Le service est discret et aux petits soins. Les serveurs connaissent tous les plats et se feront un plaisir de vous conseiller.

Propulsé par un buzz grandissant, il est fortement conseillé de réserver plusieurs jours à l’avance. Une adresse qui vaut le détour et qui vous fera découvrir également l’excellent Loysel’s Toy Café situé au rez-de-chaussée de l’immeuble. Compter environ 50 SGD par personne.

Kilo 66 Kampong Bugis - Tèl: 6467 3987 – Taxi conseillé

[Jean Michoud]

→ 7 CommentsTags:····

Marathons à Singapour : 3, 2, 1… Courez !

mars 21st, 2012 · Sport à Singapour, vivre à singapour

Où donc sont passées les (bonnes) résolutions de début d’année, après à peine trois mois en 2012 ? Singapour offre un superbe terrain de jeu pour courir : autant en profiter !

Mac Ritchie Reservoir avec sa boucle de 10.5 kms, sa Rangers’ Station à mi-chemin avec point d’eau, ses singes et varans, son terrain varié et sa jungle, constitue un des parcours favoris de tous les coureurs. East Coast Park reste un classique, accessible jour et nuit, même s’il impose de revenir sur ses pas. Certaines compétitions permettent de rester motivé dans sa routine, en se fixant des objectifs. Le niveau est globalement plus faible qu’en France, le facteur chaleur jouant à plein. Cela reste du sport-plaisir essentiellement.

Voici une liste non-exhaustive des futurs triathlons et courses à pied, pour débutants ou confirmés :

- Les évènements de Metasport sont très sympas pour les triathlètes débutants, notamment ceux des 1er avril et 6 mai, pour leurs courtes distances. Leur course du 15 septembre s’adresse davantage aux triathlètes chevronnés (première édition cette année). (voir site web)

- Le Sundown Marathon le 26 mai : 10 kms, 21 kms et Marathon. Pas grand intérêt si le tracé reste inchangé, avec cette ligne droite interminable de Changi Airport (6 kms) à parcourir à deux reprises. Mais cette année, le parcours devrait se situer en ville, ce qui serait alors beaucoup mieux, surtout dans le cadre d’une course nocturne. (voir site web)

- Le Triathlon distance Olympique, également le 26 mai, à Bintan cette fois, en  Indonésie, juste en face de Singapour. On peut réaliser l’aller-retour dans la journée en bateau pour l’Olympique, une solution pratique et peu onéreuse. En revanche, le Sprint démarrant le matin, il faut dormir sur place. C’est l’occasion de passer un week-end sympathique en famille ou entre amis. Possibilité de dormir en dortoir pour ceux dont l’objectif réside exclusivement dans la compétition ou dont le budget est serré. (voir site web)

- Le Triathlon International de Singapour, les 14 et 15 juillet. Distance Sprint et Olympique dans le cadre de l’épreuve de Coupe du Monde ITU. Pas de site internet ni de détails pour le moment… assez surprenant !

- Le Bay Run & Army Half Marathon, le 4 septembre : 10 kms et 21 kms. Bon évènement pour faire un chrono. Bien mieux que le Standard Chartered, devenu un peu trop gros. (voir site web)

- Le Standard Chartered Marathon, le premier week-end de décembre. Il n’est pas encore ouvert aux inscriptions (10 kms, 21 kms et Marathon). Un conseil : arriver très tôt sur la ligne de départ, au moins trente minutes avant le coup d’envoi, pour éviter de marcher, piétiner et fulminer sur les cinq premiers kilomètres si vous partez de derrière ! (voir site web)

[ Joseph Bruntz ]

→ 1 CommentTags:·····

Etes-vous un gentil expatrié ou un méchant exilé?

mars 15th, 2012 · politique, vivre à singapour

En 2008, quand le président Nicolas Sarkozy était venu à Londres pour draguer les Français de l’étranger, il avait lancé un mémorable « n’oubliez pas votre pays » : une manière de promettre à ceux qui avaient quitté l’hexagone que le pays allait changer… 4 ans plus tard, une crise après, ce qui a changé, c’est surtout le ton.

Aujourd’hui, le candidat Nicolas Sarkozy propose de créer un impôt appliqué aux revenus du capital des exilés fiscaux, les forçant à s’acquitter auprès du fisc français de la différence entre l’impôt payé à l’étranger et ce qu’ils auraient eu à verser en France. Une taxe qui pourrait rapporter 500 millions d’euros à Bercy.

70% des Français pour taxer les exilés

Comme l’étranger (tout court), le Français de l’étranger est donc pointé du doigt. Oh, évidemment Sarkozy tente de ne pas mélanger les gentils expatriés (partis pour travailler) et les méchants exilés (partis pour des raisons fiscales). Mais la réalité rattrape cette proposition : il n’y a en pratique pas de distinction. Expatriés, exilés… un seul statut : celui de non-résident.

Techniquement, une telle mesure serait très compliquée. Elle nécessiterait de renégocier des conventions fiscales avec plus de 130 pays. Et puis, quand on voit les méthodes de contournements fiscales mises en place par les plus riches pour ne pas payer d’impôts, il y aura des failles, c’est certain…

Comme si tous les Français partaient pour le pognon…

Une nouvelle fois, ce débat révèle l’incompréhension entre Français de France et Français de l’étranger. Pour certains Français de France, le Français de l’étranger est obligatoirement parti pour des raisons fiscales. Ou pour faire fortune. Ou les deux. Bref, la dimension sociale, affective, aventureuse, amoureuse ou même professionnelle ne semble pas lui traverser l’esprit.

Vouloir que les Français expatriés paient leur passeport comme les Américains est une question qui mérite peut-être être un débat. Mais franchement, c’est un peu comme le hallal, on se demande vraiment s’il n’y a pas des thèmes de campagne plus importants.

Ce que m’inspire ce débat, c’est qu’encore une fois, au lieu de travailler sur la manière dont on peut faire revenir les talents et les fortunes, au lieu de rendre attractive l’économie française et sa (possible) croissance, on crée une diversion avec un cliché électoraliste.

En 2007, le candidat Sarkozy lançait son slogan « ensemble tout est possible »… Avec de telles prises de position, on risque de cultiver le « ailleurs, tout devient possible »…

[ post by Jean-Rémi ]

→ 1 CommentTags:·······

L’alcool sera-t-il bientôt interdit à Arab Street ?

mars 4th, 2012 · Vie nocturne, vivre à singapour


Ce quartier historique est en passe de devenir l’un des plus tendances de Singapour, avec ses bars-concept, ses boutiques de vêtements design et ses ruelles colorées bourrées d’ambiance, notamment le soir. Mais un groupe de restaurateurs a lancé une pétition pour y faire interdire la vente et la consommation d’alcool. Scandale ?

Le leader du mouvement s’appelle Ameen Talib. Patron du Café Le Caire, il tente depuis quelques semaines de convaincre un à un les autres restaurateurs ainsi que les magasins comme le 7-Eleven installés dans les petites rues du quartier arabe, afin de les dissuader de servir de l’alcool. Huit d’entre eux ont déjà placardé sur leurs murs le logo « Alcohol Free Zone » (Zone sans alcool) et la pétition qui circule de bars en bars ne cesse de gagner des signatures. Sur Facebook, le groupe créé pour l’occasion compte déjà plus de 500 fans !

Si le Blue Jazz, situé sur Bali Lane, n’est pas concerné par la zone d’exclusion envisagée, d’autres bars très prisés des expats comme le Bar Stories ou le Pedra Negra, sur Haji Lane, risquent bientôt de devoir remplacer les mojitos et les Tiger par des jus de grenadine. Les établissements des rues Bussorah, Arab, Muscat, Baghdad, Kandahar et North Bridge Road pourraient eux aussi devoir rayer de leur carte les boissons alcoolisées… à défaut de mettre la clef sous la porte !

Une vie nocturne « familiale, saine et propre »

Officiellement, cette croisade anti-alcool n’est pas une affaire de religion. Même si le leader du mouvement souligne que « voir des gens porter des packs de bière pile devant la mosquée du Sultan est tout à fait irrespectueux ». Non, les pétitionnaires refusent qu’Arab Street se transforme en un Clarke Quay bis, avec pubs, boîtes de nuit et néons multicolores à gogo. Ils veulent offrir une vie nocturne différente, à la fois « familiale, saine et propre ». Vaste programme ! Ainsi, et ainsi seulement, le quartier historique, classé comme ceux de Chinatown et Little India, pourrait conserver selon eux son caractère, sa culture et son héritage.

Le groupe a déjà approché l’Autorité en charge du redéveloppement urbain (URA), qui a promis de statuer dans les mois à venir. La députée de la circonscription Moulmein-Kallang, Denise Phua, semble soutenir le projet. Alors vite, une dernière Margarita en terrasse à Haji Lane ?

Et vous, pensez-vous qu’il faille interdire l’alcool dans le quartier Arab Street ?

→ 5 CommentsTags:

Being French in Singapore… !

février 25th, 2012 · vivre à singapour

Qu’en pensez-vous ?

→ 3 CommentsTags:

« Je suis officier de police à Singapour. Je suis extraordinaire »

février 20th, 2012 · Non classé

Ces derniers mois ont fleuri dans les journaux mais aussi sur les murs des stations de métro et des arrêts de bus ces affiches vantant les mérites de la police singapourienne. L’objectif ? Que la population comprenne mieux les valeurs qui animent les hommes et femmes en uniforme, et accessoirement… qu’elle rejoigne leurs rangs !

« Je suis courageux quelle que soit la situation. Peu importe les difficultés, je les surmonterai pour vous protéger. Je suis un officier de police à Singapour. Je suis extraordinaire. Rejoignez-moi dans le combat contre le crime et aidez moi à amener le diable devant la justice » peut-on lire notamment sur lesdites affiches. Quand le gouvernement recrute, il ne lésine pas sur les moyens.

Courage, loyauté, intégrité, justice

La campagne de communication de la Singapore Police Force, baptisée CLIF (« Courage, Loyalty, Integrity, Fairness »), a été réalisée par l’agence de publicité Saatchi & Saatchi. A la télévision aussi, impossible d’échapper à ces spots. Dans celui-ci, un valeureux policier pourchasse un voleur, alors même qu’il n’est pas en service. Et visiblement, l’opération séduction a plu : la page Facebook créée pour l’occasion compte pas moins de 268 000 fans !

Si près de quarante mille policiers patrouillent déjà, le plus souvent en civil, dans les rues de la cité-état, les autorités estiment qu’il en faudrait plus. Toujours plus. Pourtant, le taux de criminalité, déjà très faible -650 crimes pour 100 000 habitants, soit dix fois inférieur à celui de Paris- ne cesse de baisser. Mais Singapour tient à sa réputation de pays sous contrôle, sécurisé, où les familles, mais aussi les hommes d’affaires, peuvent vivre ou séjourner en toute sérénité.

→ 1 CommentTags:

Trois idées week-end depuis Singapour (1)

janvier 31st, 2012 · à faire depuis Singapour, tourisme

Plages de rêve, temples perdus dans la jungle, volcans à gravir, villes trépidantes d’Asie : il suffit de foncer vers l’aéroport de Changi le vendredi soir venu pour retrouver son âme de globe-trotter.

Exit le costume-cravate ou les talons, vive le maillot de bain ! Voilà quelques unes des destinations incontournables depuis Singapour !

>> CULTURE : Les temples d’Angkor
(A deux heures trente de vol)

C’est à vélo, ou en tuk-tuk, qu’il faut découvrir les dizaines de temples d’Angkor. Escalader les blocs de pierres écroulés, caresser les racines géantes des arbres immiscées à travers les parois fissurées, lire les histoires des chercheurs ayant découvert le site au XIXème siècle, soit sept siècles après sa construction. Les temples ont beau être fréquentés par des millions de touristes, ils n’en demeurent pas moins magiques. A Angkor Wat, quelques moines vêtus de leur tunique safran cherchent un brin de conversation, et le soir, au coucher du soleil, la jungle reprend ses droits, puissante et mystérieuse…

>> PLAGE : l’île de Ko Phi Phi
(A deux heures de vol et une heure en bateau)

Les deux îlots, Phi Phi Don et Phi Phi Lee, où a été tourné le film La Plage avec Leonardo di Caprio, sont comme posés sur une mer d’émeraude. Quelques long tail boats se balancent près de la plage, sur fonds de pain de sucre couverts de jungle et de vertigineuses falaises calcaires. Le paradis ! Surtout lorsque les centaines de touristes venus à la journée repartent. Le sable retrouve alors sa blancheur, et l’eau ses esprits.

>> NATURE : les rizières de Bali
(A deux heure et demie de vol et une heure de route)

C’est ici, au coeur de l’île, que le vrai Bali respire encore. A Ubud, mais surtout dans la campagne environnante, les femmes se rendent chaque jour au temple du village, les bras chargés d’offrandes. Le long des routes sinueuses, les rizières en espalier étincellent sous les rayons du soleil. Et la musique du gamelan invite à la sieste. Il règne dans cette nature luxuriante une atmosphère bucolique rare…

Et vous, quelles sont vos destinations préférées pour le week-end ?

→ 1 CommentTags:·······

Année du Dragon : plus de bébés, moins d’immigrés

janvier 30th, 2012 · conjoncture, enfants à singapour, traditions, vivre à singapour

A Singapour, où 75% des habitants sont d’origine chinoise, la nouvelle année du Dragon a été célébrée en grandes pompes. Les maternités s’attendent à un record de grossesses et de naissances. De quoi relancer la fécondité dans la cité-état, où les adultes préfèrent dépenser qu’enfanter ?

Jamie Kao, Tristan Chen et Louise Tan pourront se partager dès aujourd’hui la coquette somme de 8 888SGD$ (5 400€). Ces trois bébés sont nés quelques secondes après le début de la nouvelle année à Singapour. D’ordinaire, le chèque, généreusement offert par l’enseigne Risis, alimente un compte bancaire ouvert au nom de l’enfant mais seulement accessible le jour de ses dix-huit ans afin de financer ses études.

Mais l’année du Dragon n’est pas une année comme les autres, et cela devait se fêter en monnaie sonnante et trébuchante ! Sur les douze animaux qui composent le calendrier chinois –rat, lapin, cochon, coq, etc-, le Dragon est la seule créature mythique (et le symbole de l’Empereur de surcroît). A ce titre, un enfant né sous sa protection apporte courage, sagesse et chance à ses proches.

Des pics de naissance tous les douze ans

Lors des précédentes années du Dragon, en 1988 et en 2000, la cité-état a connu de soudains baby-booms : le nombre de naissance a alors augmenté de 10%, alors qu’il ne cesse sinon de chuter. Dès lors, le Premier ministre Lee Hsien Loong, lui-même père de quatre enfants, a profité de ses traditionnels vœux de début d’année pour appeler ses concitoyens à leur devoir conjugal : « J’espère de tout cœur que cette année sera pleine de bébés. Il en va de la préservation du noyau singapourien dans notre société ».

En 2011, l’indice de fécondité est resté historiquement bas à Singapour, à 1.20, loin du seuil de renouvellement des générations de 2.1. Résultat, le gouvernement doit faire venir chaque année des centaines de milliers d’étrangers, afin de soutenir la croissance et d’assurer le bon développement de l’île. Mais les Singapouriens se plaignent de plus en plus de la présence de ces immigrés, qui représentent désormais près d’un quart de la population. Bébés ou étrangers, il va falloir choisir !

→ 5 CommentsTags:

Singapour : la photo du dimanche #1

janvier 29th, 2012 · photos de singapour

« Le Marina Bay Sands est un énorme complexe hôtelier de Singapour comportant 2600 chambres, un casino et un musée, situé face à Marina Bay. Officiellement ouvert le 23 juin 2010, il aurait coûté huit milliards de dollars »…

Commentaires fermésTags:···